Social Icons

lundi 30 mars 2015

Épithélium de revêtement Cours

Cours d'histologie - Les épithéliums de revêtement
Épithélium de revêtement Cours
Auparavant, nous avons parlé du tissu conjonctif et aujourd'hui, nous allons parler d'un autre type des tissus histologiques s'appel l'épithélium de revêtement.
Introduction générale
L’histologie générale est l’étude de l’association des cellules pour former des tissus. Chaque chapitre étudie un type différent qui se définit par la structure, l’agencement des cellules et la présence ou non du matériel extracellulaire.
I. Définition d’un tissu :
Les  tissus  sont  des  ensembles  coopératifs  de  cellules  différenciées,  spécialisées  et
adaptées  à  une  même   fonction  et   qui   forment  une  triple  association:  territoriale, fonctionnelle et biologique.
II. Définition d’un épithélium de revêtement :
Ce sont des feuillets avasculaires composés d’une ou plusieurs couches cellulaires,recouvrant et limitant une surface libre de l’organisme.
La face profonde d’un épithélium repose sur une lame basale qui sépare les cellules épithéliales du tissu conjonctif sous-jacent, désigné sous le nom de chorion.
III. Classification :
Les épithéliums de revêtement ont une organisation qui se prête à une classification
reposant sur les critères de nombre des assises cellulaire, de forme des cellules de surface et de différentiation de certaines structures apicales.
1.  Nombre des assises cellulaires:
A.  Un épithélium simple comporte une seule couche de cellule dont le pôle apical est en
contact avec la lumière de la cavité qu’il borde.
B.  Un épithélium stratifié est formé de plusieurs assises de cellules superposées ; la couche la plus profonde, représente généralement la couche germinative ou de régénération.
C.  Un épithélium pseudostratifié contient des cellules qui sont toutes en contact avec la lame basale, mais qui n’atteignent pas toute sa surface.
2. Forme de cellules de surface :
Les  cellules  épithéliales  de  surface peuvent être :  des  cellules  pavimenteuses, aplaties  à
contours irrégulier, les cellules cubiques, les cellules prismatiques ou cylindriques.
3. Présence de différenciations apicales :
Les cellules épithéliales de surface peuvent présenter des différentes structures différentes:
cils vibratiles , stériocils  microvillosités des bordures en brosse ou des plateaux  striés , cuticules ou bien accumulation de substance particulière comme la kératine dans les cellules épidermiques.
IV. Différents types d’épithéliums de revêtement : 
A. Épithéliums simples
1. Épithéliums pavimenteux simples : Ils comprennent une seule assise de cellules aplaties, plus larges que hautes, à contour irrégulier reposant sur la lame basale qui les séparent du tissu conjonctif (chorion) sous jacent .
Épithélium pavimenteux simple
2. Épithéliums cubiques simples : Formés d’une seule assise de cellules cubiques aussi hautes que larges .
Épithélium cubique simple
3. Épithéliums prismatiques simples : Les cellules sont plus hautes que larges. Ils peuvent être avec ou sans différenciations apicales. Exemples : revêtement gastrique qui est en même temps gastrique sans différenciations; épithélium prismatique simple à plateau strié de l’intestin grêle .
Épithélium prismatique simple
B. Épithéliums pseudo stratifiés :
1.    Épithélium prismatique pseudo stratifié : exemple, l’épithélium respiratoire pseudo stratifié cilié à cellules à mucus
Épithélium prismatique pseudo stratifié
2. Épithélium pseudo stratifié polymorphe des voies excrétrices de l’urine (bassinet, urètre et vessie) dont l’aspect change suivant le degré de distension des voies urinaires auquel il doit s’adapter.
Épithélium pseudo stratifié polymorphe
C. Épithéliums stratifiés :
1. Épithéliums prismatiques stratifiés : ils possèdent une couche de cellules basales (couche
germinative)  qui  se  divisent  et  se  transforment  en  cellules  polyédriques,  disposées  sur plusieurs assises
2. Épithéliums pavimenteux stratifiés non kératinisés dont les couches superficielles sont formées de cellules aplaties. Exemple : L’épithélium œsophagienne et l’épithélium vaginal dont la desquamation des cellules dans la lumière vaginale permet une étude cyto-hormonale chez la femme.
pavimenteux stratifiés non kératinisés
3. Épithéliums pavimenteux stratifiés avec couche cornée : il s’agit de l’épithélium cutané ou épiderme, caractérisé par la transformation progressive de ses cellules qui aboutissent à la différenciation des cornéocytes, cellules anuclées et chargées de kératine dans les couches superficielles.
pavimenteux stratifiés avec couche cornée
4.  Épithéliums cubiques stratifiés : rare, par exemple,canaux excréteurs de glandes sudoripares.
V. Renouvellement des épithéliums :
Le renouvellement complet des épithélium se fait de façon plus ou moins rapide suivant leur localisation : l’épithélium intestinal (épithélium prismatique simple à plateau strié)  est  la  structure  qui  se  renouvelle  plus  vite  dans  l’organisme  (2  jours).  Son renouvellement s’effectue à partir d’une zone germinative située à la base des villosités.
Pour les épithéliums stratifiés, ce sont les cellules de la couche basale qui permettent le renouvellement en se divisant activement : elle repoussent vers la surface les cellules plus anciennes situées dans les couches sous-jacentes. La maturation des cellules s’effectue donc de la profondeur vers la surface.
Dans d’autres épithéliums comme l’épithélium prismatique simple de l’épididyme, il existe de petites cellules de remplacement reposant sur la lame basale mais n’atteignant pas la lumière. Dans l’épithélium pseudostratifié, les cellules les plus courtes servent de cellules souches.
IV. Fonction des épithéliums :
Selon les spécialisations fonctionnelles et les différentiations, les rôles physiologiques des
épithéliums peuvent être extrêmement variés.
1.  Rôle protecteur : ils assurent une protection des organes vis à vis du milieu extérieur.
Par ailleurs, ils assurent une protection mécanique ou thermique contre les chocs, le froid, la chaleur et les radiations (exemple de l’épiderme).
2.  Rôle d’échange (air/sang ; urine/sang) : Par leur localisation, les épithéliums jouent un rôle majeur dans les échanges entre le milieu extérieur et le milieu intérieur. Exemples : tube contourné proximal du rein (filtration du sang) et l’endothélium des capillaires sanguins( échanges gazeux).
3.  Rôle de mouvement : ce rôle est dévolu aux épithéliums ciliés, comme celui des voies respiratoires supérieures et des trompes utérines.
4.  Rôle de réception sensorielle : l’épiderme est le lieu privilégié de la réception  des informations sensitives provenant du milieu extérieur (tact, température, douleur). Les autres informations sensorielles sont le fait d’épithéliums spécifiques contenant des cellules sensorielles (bourgeons du goût).
5.  Rôle  de  renouvellement :  grâce  aux  cellules  souches  caractérisées  par  leur  état indifférencié, leur durée de vie longue et leur capacité de division.
6.  Rôle   d’absorption :   caractéristique   des   cellules   intestinales   possédant   des microvillosités
7.  Rôle d’excrétion : comme celui de l’épithélium rénal.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire